Liste complémentaire

prcairesfaujourRecourt immédiat à la Liste Complémentaire et titularisation des précaires !

Face au manque d’enseignant-e-s dans l’académie de Toulouse, SUD éducation 31-65 exige le recrutement immédiat des enseignant-e-s de la liste complémentaire et la titularisation des enseignant-e-s contractuel-le-s.

Cette année, afin de combler les postes vacants, Mme la rectrice de l’académie de Toulouse n’a pas souhaité faire appel aux enseignant-e-s de cette liste.

Pour motiver ce refus, face aux personnes de la liste complémentaire et aux organisations syndicales (SUD éducation, CGT éduc’action, Snuipp FSU, Snudi FO, SE UNSA), le rectorat a deux principaux arguments  :

– la liste complémentaire ne sert pas à combler les postes vacants mais sert à remplacer les enseignant-e-s qui viennent d’être nommé-e-s sur la liste principale et qui quittent leur poste (démission…) au cours de leur première année. Donc le rectorat justifie avoir embauché environ 38 personnes de la liste complémentaire à ce titre.

– de toute façon le rectorat ne peut rien faire car c’est une question de budget qui bloque à Matignon.

Lire la suite Liste complémentaire

Après les CUI/CAE, le service civique !! On n’arrête pas la précarité !

precarite

La ministre du Travail Mme Pénicaud a annoncé la fin du recrutement en CAE-CUI dans le cadre du plan d’économie de 4,5 milliards d’euros dans la Fonction Publique. Le budget du gouvernement prévoyait le recrutement de 280 000 nouveaux contrats aidés pour l’année 2017. Mme Pénicaud et M. Blanquer n’ont pas précisé ce qui attend les milliers de travailleur-euse-s privé-e-s d’emploi et éligibles au CAE-CUI ni comment pallier cette réduction du nombre de personnels dans le secteur public et associatif. L’Éducation Nationale, un des principaux employeurs de CAE-CUI, n’est pas épargnée par cette mesure et ne devrait plus recruter que 55 000 nouveaux contrats aidés d’ici la fin de l’année. Aux emplois aidés s’ajoute le recrutement de plus en plus important de personnels sous un statut encore plus précaire que celui des CAE-CUI, les « Service Civiques » comme l’a annoncé M. Blanquer.

lire le tract fédéral  tractpre_carite_

Prochaine journée de mobilisation interprofessionnelle public-privé contre la politique libérale: Sud éducation appelle à la grève le 16 novembre

greve1A l’appel de la CGT, Solidaires, FO ainsi que des organisation étudiantes et lycéennes UNEF, UNL et FIDL, une nouvelle journée de mobilisation par la grève et la manifestation aura  lieu le jeudi 16 novembre 2017.

La FSU a décidé de s’associer à cet appel.

Cette journée s’inscrit dans un cadre interprofessionnel et dénonce la politique libérale du gouvernement (comme les précédents d’ailleurs) visant à accroitre les inégalités au profit d’une minorité.

Elles dénoncent :

  • Les nombreuses dispositions inacceptables des ordonnances, limitant des droits des salarié-es,
  • Les risques qui pèsent sur les droits des salarié-es et demandeur-ses d’emploi en matière d’assurance chômage ou de formation professionnelle,
  • Les mesures précarisant toujours un peu plus l’emploi et l’insertion des jeunes sur le marché du travail,
  • La remise en cause des droits à l’avenir des jeunes par l’instauration d’une sélection à l’entrée de l’enseignement supérieur,
  • La modération salariale et l’augmentation de la CSG,
  • Les atteintes au service public et à la protection sociale

communiqué intersyndicale_24_octobre_2017

Sud éducation 31 appelle à la grève et à la manifestation le 16 novembre 

AG éducation : 10h à la bourse du travail de Saint Sernin

Manifestation :14h-Arnaud Bernard à Toulouse

tract-16novembre de la fédération sud éducation

Rapport de la cour des comptes : stop aux attaques contre les droits des personnels !

priorite-a-lausterite

La Cour des comptes a publié un nouveau rapport mettant en cause la gestion des personnels enseignants, accueilli positivement par le ministre qui a affirmé qu’il viendrait « nourrir la réflexion actuelle en matière de ressources humaines dans l’Éducation nationale ». Les « solutions » proposées par la Cour des comptes vont toujours dans le même sens : appliquer des logiques managériales au service public et casser les droits des salarié‑e‑s.

 

Voir l’article complet : La lettre d’information de la fédération SUD éducation (mi octobre)

GREVE ! Le 19 octobre, on continue !

Suite à la mobilisation du 10 octobre dernier, une nouvelle journée de grève est donc annoncée pour le 19 octobre voir le tract 19-oct-unitaire  à l’appel de la CGT Haute-Garonne-Solidaires31-FSU31-l’UNEF-l’Union des Etudiant-es de Toulouse (UET) contre les ordonnances Macron.

11h30 : départ de la manifestation d’Arnaud Bernard

15h : AG éducation probablement à la bourse du travail de Toulouse Saint Sernin (à confirmer)

Tract intersyndical éducation à venir, en cours de réalisation

SUD Education 31-65 appelle à la grève le jeudi 19 octobre prochain, sur la base de la plate-forme de l’intersyndicale éducation élaborée pour la journée de grève du mardi 10 octobre (fonction publique, voir article pour la grève du 10/10), plate-forme complétée par les 6 points suivants, discutés et votés par l’assemblée Générale de grévistes réuniEs à l’université jean Jaurès ce jour-là :

1 – Pour les CP à 12 avec les moyens nécessaires (notamment les locaux) et le retour des PDMQDC.

2 – Pour les contractuel-les en poste : transparence des affectations et des salaires versés, paiement en temps et en heure, prolongement des contrats jusqu’au 31/08.

3 – Pour le maintien de tous les établissements déjà existants dans l’éducation prioritaire avec tous les moyens nécessaires et l’élargissement de la carte scolaire de l’éducation prioritaire.

4 – Pour le recours à la liste complémentaire et l’accord des inéats

5 – Pour la défense de l’enseignement professionnel sous statut et contre la main mise du patronat et la régionalisation.

6 – Pour que l’obtention d’un bac quel qu’il soit donne droit d’accès à une université quelle qu’elle soit.

C’est bel et bien contre la loi Macron et son monde qu’il s’agit de mobiliser. Les attaques contre la fonction publique, dont l’école fait partie,  sont  des attaques capitalistes, tout comme la loi travail XXL, la baisse des APL, la hausse de la CSG, les réformes à venir de l’apprentissage, de la formation professionnelle, de l’assurance chômage et des retraites, les attaques sur les salaires, le jour de carence, les suppressions de postes, le budget de redistribution pour les riches…. C’est un choix de société que nous refusons, et militons pour une transformation sociale

Il s’agit maintenant de créer un véritable rapport de force.  Mais ne proposer que des journées de mobilisation saute-moutons ne nous a pas fait gagner contre la loi travail première mouture et aucun secteur ne gagnera seul : il faut en finir avec la dispersion des luttes et construire leur convergence. La stratégie qui permettra de gagner, c’est de construire un mouvement massif, prolongé de grève et de manifestations public/privé.  Mettons en débat avec les salarié-e-s, dans les assemblées générales, dans les établissements et les services, la reconduction de la grève pour déboucher sur le retrait des ordonnances et des restrictions budgétaires, pour mettre un coup d’arrêt aux politiques de destruction sociale et imposer des alternatives.

Ne nous dispersons pas. En face, ils marchent et ils avancent en rangs serrés.

Toutes et tous en grève le mardi 10 octobre !

Dans le privé comme dans le public, la logique est la même, c’est pourquoi la riposte doit être commune!!

Quand les salarié-e-s voient leur salaire tirés vers le bas, leur hiérarchie des normes s’amoindrir et la précarité grandir au profit des chefs d’entreprise, quand la loi travail XXL écrase les plus fragiles pour renforcer les plus riches, on pourrait croire que les fonctionnaires sont épargné-e-s… Que nenni! Depuis le début des mobilisations, les secteurs privés et publics se mobilisent ensemble contre cette loi et son monde. Le 10 octobre prochain, ce sont les fonctionnaires qui appellent à la grève et à la manifestation. Voici donc ici un petit récap’ des attaques du gouvernement envers la fonction publique.

ponctionpublique

Qu’en est-il de leur salaire?

-> blocage du point d’indice depuis 2010

-> hausse de la CSG (Contribution Sociale Généralisée)

-> suppression du jour de carence (non-remboursement du premier jour d’arrêt maladie)

Les normes?

-> décentralisation des agent-e-s publics vers les collectivités locales, conduisant à des réglementations distinctes entres les régions, les départements, les académies (ex : sur les règles de recrutement des contractuel-le-s, sur les mutations au mouvement intracadémique)

Les contrats?

-> suppression de 120 000 postes d’ici la fin du quinquennat dont 50 000 dans la fonction publique d’Etat

-> réduction drastique des emplois aidés au mépris des personnel-le-s et des élèves

-> emplois de services civiques pour compenser certains manques

Le temps de travail?

-> La suppression et le non-renouvellement de postes ainsi que la précarisation des contrats ont des conséquences directes sur le temps de travail des fonctionnaires. Dans l’Education nationale, les élèves sont de moins en moins accompagné-e-s et bénéficient d’un suivi souvent peu ou pas adaptés, nécessitant un réajustement de la part des personnel-le-s de l’éducation, des réunions supplémentaires, des suivis réguliers et une adaptation permanente.

-> De plus, avec la réforme du collège et des cycles, les réunions se multiplient.

-> Tout cela s’ajoute à un temps de travail qui dépasse déjà 40 heures par semaine (selon l’exploitation statistique de l’enquête Emploi du temps réalisée de septembre 2009 à décembre 2010 par l’Insee, en France métropolitaine et dans les DOM).

Les carrières?

 

-> autonomie des établissements en augmentant le pouvoir des chefs

 

-> projet ministériel de refonte totale des Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations (PPCR), qui propose des modalités d’évaluation particulièrement inquiétantes (mobilisation du personnel de direction ; nouvelles fiches d’évaluation avec des items tels que « Contribuer à l’action de la communauté éducative », « S’engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel »…) car elles incitent les personnel-le-s à adopter une logique individuelle menant à la compétition ou à la culpabilisation.

C’est donc bel et bien une logique globale que met en place le gouvernement en privilégiant les plus riches au détriment des plus fragiles. Dans le privé comme dans le public, nous sommes visé-e-s par des réformes qui  s’inscrivent dans la même stratégie. Plutôt que de morceler les ripostes, l’heure est à unifier nos luttes.

D’ici la prochaine mobilisation commune,

toutes et tous en grève le 10 octobre

pour soutenir les travailleuses et travailleurs de la fonction publique !

 

Évaluations nationales en CP: le ministère cède, l’auto-inspection est reportée !

logoevalcpLes enseignant-e-s de CP en REP+ ont bénéficié (les chanceux-ses!) d’une formation de deux jours concernant le dispositif des « CP dédoublés ». La première matinée était consacrée aux évaluations nationales de CP. Les différentes interventions avaient pour objectif de démontrer que ces dernières sont pédagogiquement nécessaires, mais incomplètes.

En effet, depuis leur sortie, elles ne cessent d’être décriées au motif qu’elles n’évaluent que le déchiffrage, laissant un grand vide sur l’évaluation de la compréhension. Mais rassurons-nous, la circonscription en charge de la formation a décidé de combler ce vide (et la nature a horreur du vide), nous sommes sauvé-es ! Ainsi, grâce aux recherches de grands professeurs d’université, elle propose des évaluations complémentaires davantage axées sur la compréhension. Elles ne s’imposent pas aux enseignant-e-s mais sont proposées comme « cobayes » pour celles et ceux qui souhaitent faire partie de cette « recherche  avancée ».

Lire la suite Évaluations nationales en CP: le ministère cède, l’auto-inspection est reportée !