Rapport de la cour des comptes : stop aux attaques contre les droits des personnels !

priorite-a-lausterite

La Cour des comptes a publié un nouveau rapport mettant en cause la gestion des personnels enseignants, accueilli positivement par le ministre qui a affirmé qu’il viendrait « nourrir la réflexion actuelle en matière de ressources humaines dans l’Éducation nationale ». Les « solutions » proposées par la Cour des comptes vont toujours dans le même sens : appliquer des logiques managériales au service public et casser les droits des salarié‑e‑s.

 

Voir l’article complet : La lettre d’information de la fédération SUD éducation (mi octobre)

Toutes et tous en grève le mardi 10 octobre !

Dans le privé comme dans le public, la logique est la même, c’est pourquoi la riposte doit être commune!!

Quand les salarié-e-s voient leur salaire tirés vers le bas, leur hiérarchie des normes s’amoindrir et la précarité grandir au profit des chefs d’entreprise, quand la loi travail XXL écrase les plus fragiles pour renforcer les plus riches, on pourrait croire que les fonctionnaires sont épargné-e-s… Que nenni! Depuis le début des mobilisations, les secteurs privés et publics se mobilisent ensemble contre cette loi et son monde. Le 10 octobre prochain, ce sont les fonctionnaires qui appellent à la grève et à la manifestation. Voici donc ici un petit récap’ des attaques du gouvernement envers la fonction publique.

ponctionpublique

Qu’en est-il de leur salaire?

-> blocage du point d’indice depuis 2010

-> hausse de la CSG (Contribution Sociale Généralisée)

-> suppression du jour de carence (non-remboursement du premier jour d’arrêt maladie)

Les normes?

-> décentralisation des agent-e-s publics vers les collectivités locales, conduisant à des réglementations distinctes entres les régions, les départements, les académies (ex : sur les règles de recrutement des contractuel-le-s, sur les mutations au mouvement intracadémique)

Les contrats?

-> suppression de 120 000 postes d’ici la fin du quinquennat dont 50 000 dans la fonction publique d’Etat

-> réduction drastique des emplois aidés au mépris des personnel-le-s et des élèves

-> emplois de services civiques pour compenser certains manques

Le temps de travail?

-> La suppression et le non-renouvellement de postes ainsi que la précarisation des contrats ont des conséquences directes sur le temps de travail des fonctionnaires. Dans l’Education nationale, les élèves sont de moins en moins accompagné-e-s et bénéficient d’un suivi souvent peu ou pas adaptés, nécessitant un réajustement de la part des personnel-le-s de l’éducation, des réunions supplémentaires, des suivis réguliers et une adaptation permanente.

-> De plus, avec la réforme du collège et des cycles, les réunions se multiplient.

-> Tout cela s’ajoute à un temps de travail qui dépasse déjà 40 heures par semaine (selon l’exploitation statistique de l’enquête Emploi du temps réalisée de septembre 2009 à décembre 2010 par l’Insee, en France métropolitaine et dans les DOM).

Les carrières?

 

-> autonomie des établissements en augmentant le pouvoir des chefs

 

-> projet ministériel de refonte totale des Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations (PPCR), qui propose des modalités d’évaluation particulièrement inquiétantes (mobilisation du personnel de direction ; nouvelles fiches d’évaluation avec des items tels que « Contribuer à l’action de la communauté éducative », « S’engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel »…) car elles incitent les personnel-le-s à adopter une logique individuelle menant à la compétition ou à la culpabilisation.

C’est donc bel et bien une logique globale que met en place le gouvernement en privilégiant les plus riches au détriment des plus fragiles. Dans le privé comme dans le public, nous sommes visé-e-s par des réformes qui  s’inscrivent dans la même stratégie. Plutôt que de morceler les ripostes, l’heure est à unifier nos luttes.

D’ici la prochaine mobilisation commune,

toutes et tous en grève le 10 octobre

pour soutenir les travailleuses et travailleurs de la fonction publique !

 

Évaluations nationales en CP: le ministère cède, l’auto-inspection est reportée !

logoevalcpLes enseignant-e-s de CP en REP+ ont bénéficié (les chanceux-ses!) d’une formation de deux jours concernant le dispositif des « CP dédoublés ». La première matinée était consacrée aux évaluations nationales de CP. Les différentes interventions avaient pour objectif de démontrer que ces dernières sont pédagogiquement nécessaires, mais incomplètes.

En effet, depuis leur sortie, elles ne cessent d’être décriées au motif qu’elles n’évaluent que le déchiffrage, laissant un grand vide sur l’évaluation de la compréhension. Mais rassurons-nous, la circonscription en charge de la formation a décidé de combler ce vide (et la nature a horreur du vide), nous sommes sauvé-es ! Ainsi, grâce aux recherches de grands professeurs d’université, elle propose des évaluations complémentaires davantage axées sur la compréhension. Elles ne s’imposent pas aux enseignant-e-s mais sont proposées comme « cobayes » pour celles et ceux qui souhaitent faire partie de cette « recherche  avancée ».

Lire la suite Évaluations nationales en CP: le ministère cède, l’auto-inspection est reportée !

Grève : après la réussite du 12, on continue le 21 septembre !!!

greve1Cette journée de grève et de manifestation a rassemblé environ 16 000 manifestant-e-s à Toulouse, ce qui est un bon chiffre. Manifestation dynamique, grosse présence de jeunes (étudiants, précaires, etc). Le cortège Solidaires était bien fourni.

A Saint Gaudens ,  700 personnes ont manifesté derrière une banderole unitaire. C’est un nombre important pour Saint Gaudens. Le tour de la ville s’est achevé par deux prises de parole celle de la CGT et de Solidaires. Après la manif, on s’est réuni dans le cadre du « Collectif Résistances dans le Comminges  » (Attac, CGT, Nosotros,FSU,  association Femmes de Papier, PCF , FI et Solidaires ) pour préparer le 21 avec un planning de tractages dans la ville à partir de lundi et actions.

C’est une mobilisation encourageante, à nous de la poursuivre et de l’amplifier le jeudi 21 !

A Toulouse, le matin, une AG de grévistes de l’éducation nationale s’est tenue à la Bourse du travail : 79 personnes présentes (1er et 2nde degré, précaires et titulaires…). Compte rendu de cette AG :

Lire la suite Grève : après la réussite du 12, on continue le 21 septembre !!!

De nouveau en grève le jeudi 21: la rentrée des casses

En cette semaine de rentrée, le ministre de l’Education n’est pas avare en effets d’annonces! Censées séduire l’opinion publique, ces dernières provoquent en réalité des dysfonctionnements catastrophiques qui touchent tous les secteurs de l’enseignement, de la maternelle à l’université…

poing_noir

Dans le premier degré, la réforme des CP à 12 s’est appliquée sans aucune consultation préalable, comme sortie de nulle part. Sans surprise donc, son application a déjà des effets désastreux. Le manque de moyens des écoles et les bâtiments inadaptés empêchent la mise en place effective du dispositif. Certaines écoles sont contraintes de se partager une salle de classe quand d’autres se voient sacrifier la BCD (bibliothèque et centre de documentation) ou la salle polyvalente. De plus, le dispositif PDMQDC (Plus De Maitres Que De Classe) est remis en cause dans la plupart des REP+, où les maitres-ses surnuméraires ont été réquisitionné-e-s sur les nouveaux postes de CP, alors même que les autres classes sont surchargées.

Les écoles sont donc mises en difficulté avec cette réforme, qui est d’ores et déjà une farce pour les élèves et les personnels.

Lire la suite De nouveau en grève le jeudi 21: la rentrée des casses

CP à 12 : le grand n’importe quoi

cp12CP à 12 : le grand n’importe quoi

Communiqué de la fédération SUD éducation du 29 juin 2017

Publié le jeudi 29 juin 2017 sur http://www.sudeducation.org/CP-a-12-le-grand-n-importe-quoi.html

 

Dans plusieurs départements, les enseignant-e-s se sont mobilisé-e-s contre la mise en œuvre des CP à 12 en REP+ à la prochaine rentrée. Les personnels protestent contre la suppression du dispositif « Plus de maîtres que de classes » (PDMQDC) et contre l’obligation qui leur est faite de mettre en œuvre cette mesure de marketing politique.

Ces CP à 12 vont s’ouvrir via le redéploiement de postes existants, au détriment des postes PDMQDC (qui ont eu à peine le temps d’exister) et des postes de remplaçant-e-s (qui sont déjà largement insuffisants).

Lire la suite CP à 12 : le grand n’importe quoi

On continue le jeudi 29 juin : grève pour des moyens à la rentrée prochaine ! Nous voulons conserver le dispositif PDMQDC.

Toujours NON à la fermeture des

Plus de Maîtres Que De Classes !

Et toujours OUI à la pérennisation et la généralisation du dispositif !

Grève le jeudi 29 juin

jour de la réunion des Directrices-eurs des écoles REP+

Et Rassemblement le lundi 26 juin, école maternelle Falcucci

Le 20 juin dernier, la grève était massivement suivie dans les écoles de REP+ touchées par les fermetures de postes de Plus de Maîtres. Des écoles de REP et aussi du reste du département étaient également représentées.

Une centaine de collègues étaient réunis en AG le matin, et 200 rassemblés devant le Rectorat en début d’après midi. L’AG a dénoncé la suppression massive et violente de ces postes qui existent depuis 35 ans dans notre département.

Elle a également réaffirmé l’importance de ce dispositif qui fait partie intégrante de la culture de nos écoles, notamment en Éducation Prioritaire,et décidé de poursuivre la mobilisation, en cette fin d’année et à la rentrée prochaine avec l’objectif de lui donner un cadre national. pour regagner ces postes !

Lire la suite On continue le jeudi 29 juin : grève pour des moyens à la rentrée prochaine ! Nous voulons conserver le dispositif PDMQDC.

Occupation du collège Raymond Badiou

Contre la fermeture de Badiou : lundi 19 juin à 12h :

Pique-nique solidaire devant le collège

Vendredi 16 juin vers 9h, des parents d’élèves opposé-es au projet de mixité sociale ont occupé le collège Raymond Badiou jusqu’à environ 18h30.

Depuis plusieurs mois, aux parents refusant de scolariser leurs enfants dans les nouveaux et lointains collèges de rattachement comme Balma ou Tournefeuille, l’Éducation Nationale répondait par la possibilité de dérogations. Jeudi 15/06 les parents de CM2 des écoles Galia ont vu l’intégralité de leurs demandes de dérogations refusées, et ce malgré les promesses des représentants du rectorat. La dernière porte de sortie leur a ainsi été claquée au nez.

Vendredi matin, à l’invitation de parents d’élèves, les sorties de classes se sont faites dans le calme, et les élèves sont restés tranquillement dans la cour ou au foyer en attendant le dénouement de la journée, sous la surveillance d’adultes de l’équipe éducative. 

Lire la suite Occupation du collège Raymond Badiou

Non à la disparition du dispositif « Plus de maitres que de classes » : en grève le mardi 20 juin 2017

projeeeet-riposte-sociale-macron-672x372Pour le service public d’éducation
Pour l’éducation prioritaire
NON à la disparition des
Plus de Maîtres-ses Que De Classes!

 

Les annonces sur l’éducation prioritaire ne doivent pas faire illusion. Telle qu’elle est prévue, la limitation à 12 du nombre d’élèves en CP et CE1 des écoles REP et REP+ va se faire pour l’essentiel via des redéploiements de moyens et notamment en faisant disparaître le dispositif « Plus De Maîtres Que De Classe » afin de récupérer ces postes. On peut donc s’inquiéter des conditions de la mise en œuvre des CP à 12 et de ses conséquences sur des dispositifs existants, les personnels et les élèves. Le gouvernement chiffre à 12000 les postes nécessaires pour mettre en œuvre cette mesure, or son programme est clair : les créations de postes prévues pour l’ensemble de l’éducation nationale seraient de 4000 à 5000 sur 5 ans !

En fermant les 22 postes des PDMQDC de REP+, la rectrice de l’académie de Toulouse et le DASEN de la Haute Garonne bafouent les droits des personnels en matière d’affectation. Cette décision est autoritaire, précipitée et non concertée.
Moins de salles de classes que de maitres ?
Ces fermetures auront plusieurs conséquences, à commencer par :
* la désorganisation des équipes, dans la mesure où ce dédoublement va provoquer des disparités d’effectifs dans les classes,
* la fermeture des postes PDMQDC des écoles hors REP + dès l’année prochaine, engendrée par le dédoublement futur des CE1,
* une problématique de locaux, car il faut de l’espace pour dédoubler les classes,
* un resserrement probable de la carte de l’éducation prioritaire.
Tout laisse donc à penser que la mise en œuvre du « 12 élèves par classe » sera en réalité réduite à un nombre de classes de quelques écoles qui serviront de vitrine. Cela sera sans doute très utile pour la communication gouvernementale mais pas du tout pour la transformation égalitaire et émancipatrice de l’école. Le service public d’éducation a besoin d’autre chose que d’effets d’annonce et d’écrans de fumée.
En fermant les postes de « PDMQDC » en Haute-Garonne,  la rectrice et le DASEN font subir une nouvelle attaque à l’éducation prioritaire qui connaît ce dispositif depuis plus de 30 ans et qui a permis de nombreuses innovations pédagogiques initiées, jusqu’ici, par les conseil des maîtres-ses.  A présent, plusieurs conditions à l’organisation pédagogique sont posées par les IEN : pas d’enseignant-es à temps partiel ni de « débutant-es » sur ces postes, obligation de faire valider les projets pédagogiques par l’IEN !!! Le gouvernement met donc une pression supplémentaire sur le niveau du CP, comme si tout se jouait cette année-là, pas avant ni après… Par ailleurs, il ignore complètement les conditions économiques et sociales d’existence des élèves.

Nous nous opposons à cette politique d’austérité qui détruit les services publics en général. L’éducation, et en particulier l’éducation prioritaire, ne déroge pas à ce désengagement de l’État qui s’accentue dans les quartiers populaires, comme l’illustre aussi la fermeture des collèges Badiou et Bellefontaine. Mobilisons nous pour obtenir le maintien et le développement du dispositif du « Plus de Maîtres que de Classes » dans nos écoles ! Sud éducation 31 appelle à la grève mardi 20 juin 2017 afin de montrer notre détermination et créer un rapport de force.

9 h 30 –  AG à l’école Georges Hyon
14h –  Rassemblement au rectorat

Retrouvez ici le tract d’appel-pdmqdc-sud