école élémentaire Alfred de Musset en grève et fermée !!!

mussetMardi 23 juin 2015, l’école élémentaire Alfred de Musset était fermée suite à un arrêt concerté du travail, autrement dit, une grève.

 

 

L’IEN de circonscription est venu sur l’école afin d’apaiser les tensions en tentant d’apporter des réponses aux interrogations des parents, présents sur l’école, et des enseignant-es.
Le chiffre prévisionnel de 204 élèves pour 8 classes n’a pas été pris en compte. Un véritable match de tennis entre la mairie et l’éducation nationale fait qu’ils ne cessent de se renvoyer la balle.

Après une heure de discussion avec l’IEN, lors de laquelle une mise en garde au sujet de la grève a été faite (sic), l’équipe enseignante a réussi à obtenir une audience avec l’adjointe au premier degré. Elle a accordé 45 minutes d’audience à nos collègues, accompagné-es de trois parents et de deux représentants syndicaux dont SUD. L’audience a débuté par une incompréhension de l’adjointe sur le fait de la grève, comme s’il n’y avait aucune raison de faire grève.

Lire la suite école élémentaire Alfred de Musset en grève et fermée !!!

Pique-nique de la colère le vendredi 19 juin !

budget_ecoleLa municipalité de Toulouse a décidé d’une baisse des budgets alloués à l’éducation, à la culture, aux loisirs !

 

 

 

Pour les écoles maternelles et élémentaires :

  • Une baisse de 13% des budgets pour les écoles
  • Une baisse de 35 à50% pour les CLAE
  • Fin de la gratuité des cantines scolaires pour les plus démunis !
  • Hausse du taux d’encadrement dans les CLAE

Et on ne parle pas des médiathèques, bibliothèques de quartiers, piscines…!!

Les choix de la mairie sont purement antisociaux et vont impacter en tout premier lieux les milieux populaires toulousains !

Sud Education 31, Sud Collectivités Territoriales 31, Sud Santé-Sociaux 31 secteur animation
dénoncent et appellent à la mobilisation.

Lire la suite Pique-nique de la colère le vendredi 19 juin !

Contre l’arbitraire de la rectrice : toutes et tous en grève le 18 juin !

rectorat-bastilleSud Education 31 appelle à la grève et au rassemblement devant le rectorat le jeudi 18 juin pour une journée de solidarité avec nos 6 collègues du collège Bellefontaine victimes de l’acharnement répressif du rectorat !

Jeudi 18 en effet se tiennent deux commissions :

 

– La CAPA pour « mutation dans l’intérêt du service » dans la matinée à l’encontre de 5 collègues.

– La CAPD disciplinaire à l’encontre de la collègue professeur des écoles, en poste en SEGPA au collège Bellefontaine, accusée de « menaces de morts » à partir d’un mail privé, qui a donné lieu à une plainte classée sans suite.

Il est important de soutenir nos collègues à l’extérieur pendant que leur sort se jouera dans les murs du rectorat ! L’objectif, affirmé par l’intersyndicale, reste et demeure l’annulation de toutes les procédures pesant sur eux !

Pour cela nous appelons nos collègues à se mettre en grève le 18 juin, à se mobiliser et à montrer leur solidarité avec nos camarades et collègues dont il n’est pas besoin de rappeler longuement qu’ils sont les victimes d’une répression syndicale inique, fondée sur des dossiers vides, honteux et manipulés. La mutation « dans l’intérêt du service » n’est qu’une sanction déguisée. La procédure disciplinaire prise en parallèle en est la preuve. La rectrice, qui en a fait une affaire personnelle, veut écarter ces collègues parce qu’ils ont osé revendiqué ce que la loi était censée leur accorder.

Nos collègues ont eu l’impudence de déranger la rectrice, de perturber son agenda, d’écorner l’image de « préfiguratrice » qu’elle construit et de nuire à son plan de carrière ! Courroucée, elle se conduit dès lors comme une autocrate voulant châtier des contrevenants !

Lire la suite Contre l’arbitraire de la rectrice : toutes et tous en grève le 18 juin !

Appel à la grève le 11 juin – contre la réforme du collège et la répression des luttes

en-greveSud Education 31 appelle à la grève le 11 juin dans le cadre de la journée nationale intersyndicale contre la réforme du collège.

A cette occasion Sud Education 31 rappelle sa ferme opposition à cette réforme du collège.

Cette réforme-piège qui se présente comme progressiste, anti-élitiste et égalitariste n’est en vérité qu’un prétexte pour réaliser des économies budgétaires. Encore et toujours au nom de l’austérité !

 

En se présentant comme ambitieuse et en se parant des vertus de la réflexion pédagogique et de l’innovation (interdisciplinarité, refonte des cycles, aide personnalisé…) elle n’est en réalité qu’une déclinaison de la réforme Chatel des lycées. Elle alourdit les dispositifs, déstructure les disciplines, encadre encore davantage les activités pédagogiques d’une exigence de visibilité dans le « projet d’établissement » et alourdira le temps de travail par la multiplication des réunions. Elle repose en fait sur des présupposés pédagogiques qui n’ont jamais été véritablement discutés avec les enseignants.

Surtout elle consacre une « autonomie » des établissements qui se traduira immanquablement par le renforcement du pouvoir des chefs, d’un « conseil pédagogique » aux contours et compositions bien flous, initiant petit à petit la construction de hiérarchie intermédiaires élaborées par le chef d’établissement ! Ce faisant elle crée les conditions d’une mise en concurrence larvée entre les établissements mais aussi au sein de celui ci entre les équipes, au sein des équipes où les conflits pour mettre la main sur les volants d’heures d’autonomie se multiplieront. L’exemple du lycée est là pour nous montrer en quoi cette autonomie est un leurre et divise plus que n’unit une équipe éducative.

Ce sont nos conditions de travail, nos statuts et la conception que nous nous faisons de l’éducation qui sont atteintes. Et ce n’est pas les appels à un modèle d’une école fantasmée du passé, inégalitaire et élitiste qui sera la solution !

Retrouvez :

Lire la suite Appel à la grève le 11 juin – contre la réforme du collège et la répression des luttes

Que s’est-il passé à Bellefontaine ? Réponse au communiqué du rectorat

quesestilpasseCommuniqué du rectorat de Toulouse
Collège Bellefontaine : La rectrice souhaite rétablir le fonctionnement normal du service public
Contrairement à ce que rapporte la presse de ce jour, les mesures engagées par le rectorat de Toulouse à l'égard de quelques professeurs du collège Bellefontaine ne sont en aucun cas une réponse au mouvement de grève qui s'était produit fin 2014 dans cet établissement. Ce serait en effet une atteinte à un droit fondamental de la fonction publique, ce dont il ne peut être question.

Hélène Bernard, rectrice de l'académie de Toulouse, a été amenée à envisager des mesures conservatoires, mutations dans l'intérêt du service, mais aussi des procédures disciplinaires à la seule fin d'assurer, dans l'intérêt des élèves, le fonctionnement normal du service public dans cet établissement en souffrance depuis de nombreux mois.

En effet, malgré l'écoute assurée par les services du rectorat et de l'inspection académique de la Haute-Garonne, malgré les nombreuses rencontres avec les personnels, l'équipe de direction, les parents, malgré la médiation mise en place par la rectrice après la grève, à partir de janvier, pour rétablir le dialogue et la sérénité dans ce collège de l'éducation prioritaire, il n'a pas été possible de restaurer un climat de travail permettant d'assurer correctement le service public d'enseignement dû aux élèves.

Les manquements de quelques professeurs aux missions relevant de leurs obligations de fonctionnaires de l'Etat, et la difficulté, compte-tenu du climat actuel, de préparer la prochaine rentrée scolaire justifient les procédures engagées par la rectrice d'académie.

Les propos ci-dessus, sont repris du communiqué diffusé par le rectorat jeudi 28 dernier, faisant suite au rassemblement et à la parution d’un certain nombre d’articles dans la presse.
Sud Education 31, et avec lui, bon nombre de collègues et camarades d’autres syndicats, peuvent affirmer qu’il y a là, une immense malhonnêteté.

Sur la forme d’abord. Par ce communiqué, la rectrice reconnaît que les deux procédures visant nos collègues de Bellefontaine sont étroitement liées. La mutation « dans l’intérêt du service » ne peut, réglementairement, constituer une sanction déguisée. Or, c’est bien ce dont il s’agit puisque la dernière phrase justifie les procédures engagées au nom des « manquements ».

Sur le fond ensuite. Le rectorat prétend avoir fait tout son possible pour apaiser la situation et régler le conflit dans le collège. Sud Education 31 qui a suivi de près les événements depuis la fin du mois de novembre peut très clairement affirmer que cela n’est absolument pas le cas bien au contraire.

C’est pourquoi il nous apparaît important de retracer une chronologie des faits et événements survenus depuis le mois de novembre.

Lire la suite Que s’est-il passé à Bellefontaine ? Réponse au communiqué du rectorat

Répression à Bellefontaine : la lutte continue – prochains rendez-vous

minierCe message sera réactualisé régulièrement au fur et à mesure de l’évolution de la situation au cours de la semaine prochaine.

Mise à jour le 1er juin  : de nouveaux rendez-vous ajoutés, voir plus bas

La lutte continue contre la répression à Bellefontaine où on le rappelle, 6 enseignants sont sous le coup d’une mesure disciplinaire pour faits de grève et 5 d’entre eux vont être mutés par le rectorat « par nécessité de service ». Ce qui n’est rien d’autre qu’une sanction déguisée. Les dossiers des collègues s’avèrent truffés d’erreurs, d’inexactitudes, de propos tronqués, de mensonges éhontés. Un rapport à charge en particulier est particulièrement outrancier ! L’administration du collège s’est en effet amusée à classer les personnels du collège entre « meneurs », « influencés » et « victimes » !On ne sait pas si en chaque français sommeille un flic, comme dit la chanson, en tout cas, il semble que ça squatte bien dans la tête de certains chefs d’établissements !

Ces dossiers minables ne sauraient décemment être présentés en commission paritaire sans provoquer un échec cuisant des velléités de sanction. On comprend mieux pourquoi le rectorat a aussi lancé la procédure de mutations dans l’intérêt du service en parallèle ! Il s’agit de s’assurer que les collègues ne seront plus à leur poste en septembre et de feindre de le faire « dans l’intérêt du service ».  Leurs manoeuvres grossières nous démontrent en tout cas une seule chose : ils ne veulent pas transiger et entendent frapper un grand coup sur la tête de nos camarades et donner un exemple pour tous ceux qui, dans l’institution, voudraient gueuler un peu trop fort !

Quoiqu’il en soit le rassemblement de mercredi était un petit succès compte tenu des conditions précipitées de l’appel. Près de 150 personnes étaient présentes.

L’administration a en tout cas répondu que tout cela n’avait rien à voir avec de la répression syndicale ou de faits de grève. On en a mal au ventre à force de rire.

L’information circule pas mal dans les réseaux  la pétition connait un large succès.
L’excellente presse régionale a témoigné avec rigueur des événements de mercredi, nous les en remercions !

Côté Toulouse  France 3 Sud  La Dépêche

On en espère d’autres !

Lire la suite Répression à Bellefontaine : la lutte continue – prochains rendez-vous

Le rectorat de Toulouse fait de la répression syndicale au collège Bellefontaine

repression2Remise en cause du droit de grève !

Ce vendredi 22 mai, 5 collègues enseignants du collège Bellefontaine impliqués dans le mouvement de grève des mois de novembre-décembre autour de la réforme des REP/REP+ ont reçu, chez eux, par voie d’huissier, chacun 2 courriers.

L’un comme l’autre les invitent à consulter leur dossier administratif de carrière. Le premier dans le cadre d’une procédure disciplinaire. Le second dans le cadre d’une procédure visant une mutation dans l’intérêt du service.

Les deux procédures sont distinctes. La première est réglementaire, la deuxième semble l’être également même si son cadre est pour l’instant assez flou. Néanmoins leurs motifs apparaissent très clairement : il s’agit de sanctionner les faits de grève intervenus au mois de décembre. L’énumération des griefs est éloquente, tous reviennent à reprocher et sanctionner la grève et la lutte de nos collègues :

« manquement à l’obligation d’exercer vos missions conformément aux instructions de vos supérieurs », « manquement à l’obligation de remplir l’intégralité des missions qui vous sont dévolues en rapport avec vos obligations statutaires », « manquement à l’obligation de loyauté vis-à-vis de l’équipe de direction du collège » , « manquements (…) de nature à perturber gravement le bon fonctionnement du service public d’éducation du collège Bellefontaine ».

Ce faisant, que reproche-t-on aux collègues sinon d’avoir fait grève et de s’être opposés à leur hiérarchie ? D’avoir porté par leurs luttes, dans un strict cadre constitutionnel, une autre conception du service public d’éducation ? Depuis quand user de ses droits est-il sanctionnable ?

Depuis le mois de janvier l’administration du collège, appuyée par le rectorat, a cherché par tous les moyens à réprimer, créant un climat délétère qui a lourdement pesé sur le travail de nos collègues et sur l’ambiance générale.
Après avoir tenté de diviser, de créer un climat de peur, vient le moment du coup de matraque.

Les motifs comme les méthodes sont proprement inacceptables. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une remise en cause du droit de grève et d’une très claire répression syndicale dans le contexte global actuel de la répression de tout le mouvement social. Il s’agit de nous faire rentrer dans le rang à l’heure où on nous impose réformes libérales et austérité. Il s’agit de remettre en cause les droits des fonctionnaires et des personnels titulaires et non-titulaires de l’éducation nationale. Le cas des collègues nous concerne car ce sont nos droits de travailleurs qui sont attaqués de façon brutale et arbitraire.

Nous ne laisserons pas nos collègues être réprimés pour leurs combats légitimes !

Rassemblement mercredi 27 mai à 14h devant le nouveau rectorat (quartier St Agne)

Document à Télécharger : Communiqué des camarades du collège de Bellefontaine

Pétition en ligne : signez

Contre la réforme libérale du collège : Manifestation académique à Toulouse, métro Marcel Langer (ligne B )à 14h.

 poing_noirLa manifestation académique contre la réforme du collège partira du métro Marcel Langer à 14h en direction du nouveau rectorat, quartier St Agne.

Dénonçons le projet de réforme du collège qui est une nouvelle étape dans la casse du service public d’éducation : la part d’autonomie de la DHG, l’interdisciplinarité agitée comme la solution miracle,et les projets non financés, la compétition entre établissements, la concurrence entre les équipes, au sein des équipes sur laquelle elle débouche….on en connaît les résultats, la réforme du lycée de Châtel montre toute l’étendue des dégâts chaque année davantage.

 

Par ailleurs, tout arrive, même une interview de fond dans La Dépêche sur les nouveaux programmes d’Histoire-Géographie au sujet desquels les réactionnaires s’agitent tant  : http://www.ladepeche.fr/article/2015/05/18/2106858-l-histoire-n-est-pas-un-catechisme.html

Où l’on apprend à ne pas tout confondre, la question des programmes et celle de la réforme….

SUD Education 31 appelle à la grève le mardi 19 mai : contre le projet de réforme et contre la connerie ambiante

en-greve  Sud Education 31 appelle à la grève le mardi 19 mai 2015.

Le projet de réforme du collège présenté par la ministre au mois de mars suscite à juste titre de nombreuses inquiétudes et la colère de nos collègues et camarades.
D’abord parce que cette réforme est nauséabonde. Ensuite par la façon dont s’élabore le débat médiatique.

Pour Sud Education, les collègues doivent s’emparer de ce projet et en mener une critique de fond comme ils le font déjà, à partir de leur expérience du terrain et de leur avis professionnel dont on s’acharne à les déposséder et à en dénigrer la pertinence depuis des années !

Ne laissons pas la sphère médiatique opposer, comme elle le fait depuis trop longtemps sur les sujets relatifs à l’éducation,  les partisans de la réforme et les adversaires ! Nous en avons assez de ces postures de « républicains » et de « pédagogues » : les acteurs du monde de l’éducation savent trop bien la nuance et la complexité de leurs métiers pour se laisser réduire à des postures imbéciles et des schémas caricaturaux.

Lire la suite SUD Education 31 appelle à la grève le mardi 19 mai : contre le projet de réforme et contre la connerie ambiante

Patriot act à la francaise : loi sur le renseignement

loi-renseignementCa y est l’assemblée nationale a adopté le projet de loi sur le renseignement avec une très large majorité. Les boites noires dédiées à la surveillance vont fleurir sur nos réseaux, les IMSI-catchers (petites valises dédiées à l’interception des communications de téléphonie mobile) vont affluer dans nos rues.

 

 

 

Voici quelques points qui méritent d’être soulignés:

  • le premier ministre sera seul décisionnaire de la mise en place d’une surveillance
  • certaines données seront conservées jusqu’à 5 ans
  • la surveillance sera mise en place pour les suspects mais aussi pour les « personnes appartenant à [leur] entourage » s’il « existe des raisons sérieuses de croire [qu’elles ont] joué un rôle d’intermédiaire, volontaire ou non ». En somme, n’importe qui se trouvant au mauvais endroit, au mauvais moment, et ayant croisé une mauvaise route, pourra être mis sous surveillance.
  • les boites noires surveilleront les internautes et en cas de suspicion les opérateurs devront dénoncer la personne
  • il ne s’agit pas d’une loi anti-terroriste mais bien d’une loi sur le renseignement puisque le recours à la surveillance pourra se faire pour la « prévention de la criminalité et de la délinquance »

Lire la suite Patriot act à la francaise : loi sur le renseignement